La dernière publicité pour le tabac

En anticipant le résultat électoral du vote sur la publicité pour le tabac, Sullana a pris congé de cette époque s’achevante de la publicité pour le tabac avec des affiches, qui rendent hommage à l’air des jours passés aussi bien qu’à la Cigarette Sullana elle-même.

Cette publicité pour les cigarettes Sullana, dessinée par Michel Casarramona, plaisait tellement bien au Museum für Gestaltung Zürich (Musée de Graphisme) qu’elle fut adoptée dans la collection du musée: depuis le panneau d’affiches directement au musée.
Le quotidien zurichois Neue Zürcher Zeitung (NZZ) vouait un article  à «la dernière publicité pour le tabac».


La dernière publicité pour le tabac

En anticipant le résultat électoral du vote sur la publicité pour le tabac, Sullana a pris congé de cette époque s’achevante de la publicité pour le tabac avec des affiches, qui rendent hommage à l’air des jours passés aussi bien qu’à la Cigarette Sullana elle-même.

La publicité pour les cigarettes Sullana, dessinée par Michel Casarramona, plaisait tellement bien au Museum für Gestaltung Zürich (Musée de Graphisme) qu’elle fut adoptée dans la collection du musée: depuis le panneau d’affiches directement au musée.
Le quotidien zurichois Neue Zürcher Zeitung (NZZ) vouait un article à «la dernière publicité pour le tabac».

aujourd’hui comme autrefois

Au milieu du XXième siècle Sullana comptait parmi les cigarettes les plus populaires en Suisse. Jusqu’à la fin des années 60 l’usine zurichoise au bord du Sihl exportait ses produits à tous vents.

Aujourd’hui Sullana est plus petite et indépendante que jamais : 100% des tabacs dans les cigarettes Sullana sont cultivés en Suisse et travaillés sur les machines de Koch & Gsell.

aujourd’hui comme autrefois

Au milieu du XXième siècle Sullana comptait parmi les cigarettes les plus populaires en Suisse. Jusqu’à la fin des années 60 l’usine zurichoise au bord du Sihl exportait ses produits à tous vents.

Aujourd’hui Sullana est plus petite et indépendante que jamais : 100% des tabacs dans les cigarettes Sullana sont cultivés en Suisse et travaillés sur les machines de Koch & Gsell.


tabac local
production équitable
sans additifs

Les produits de tabac Sullana ne consistent que de tabac cultivé en Suisse : des cantons d’ Argovie, Berne, Zurich, Lucerne, Thurgovie, Schaffhouse, Jura, Fribourg et Vaud. Cela signifie moins de kilomètres de camion par le climat doux du 21ème siècle et des conditions de travail équitables.


tabac local
production équitable
sans additifs

Les produits de tabac Sullana ne consistent que de tabac cultivé en Suisse : des cantons d’ Argovie, Berne, Zurich, Lucerne, Thurgovie, Schaffhouse, Jura, Fribourg et Vaud. Cela signifie moins de kilomètres de camion par le climat doux du 21ème siècle et des conditions de travail équitables.

la cultivation du tabac en Suisse

Depuis à peu près quatre siècles le tabac est cultivé en Suisse. Sur une terre cultivable de juste 400 hectares aussi de nos jours quelques 130 agriculteurs-trices cultivent du tabac des deux sortes Burley (brun) et Virginia (clair).

Du tabac, qui est surtout cultivé dans la Romandie, au Jura, la Suisse centrale et dans le nord-est du pays. Du début juillet jusqu’à mi-octobre les ouvrières-ers agricoles passent au tamis les lignes des plantes de tabac. Guère un jour en été, ou les chariots de récolte ne côtoient pas ligne pour ligne les sillons des plantations. Un grand travail appliqué et beaucoup de travail manuel réside dans le tabac d’ici.

Un travail manuel qui ne s’achève pas après que les feuilles de tabac furent cueillies: le jour même de leur récolte les feuilles d’une longueur d’à peu près 60 centimètres sont enfilées par leurs côtes et pendues dans les hauteurs de la grange du tabac. Là haut elles passent dans les semaines et mois suivants un processus de séchage bien surveillé, avant d’être envoyées entre automne et printemps de l’an suivant pour la fermentation dans l’usine Fermenta à Payerne.

Monika et Thomas Kappeler cultivent en troisième génération du tabac de la sorte Burley sur leur ferme. En 1972 leur grange de tabac fut édifiée à Attikon au nord du canton de Zurich. Depuis le début des années 90 Thomas mène la ferme. Notamment grâce aux ouvrières-ers ils maîtrisent ainsi saison pour saison la récolte de leur tabac.

la cultivation du tabac en Suisse

Depuis à peu près quatre siècles le tabac est cultivé en Suisse. Sur une terre cultivable de juste 400 hectares aussi de nos jours quelques 130 agriculteurs-trices cultivent du tabac des deux sortes Burley (brun) et Virginia (clair).

Du tabac, qui est surtout cultivé dans la Romandie, au Jura, la Suisse centrale et dans le nord-est du pays. Du début juillet jusqu’à mi-octobre les ouvrières-ers agricoles passent au tamis les lignes des plantes de tabac. Guère un jour en été, ou les chariots de récolte ne côtoient pas ligne pour ligne les sillons des plantations. Un grand travail appliqué et beaucoup de travail manuel réside dans le tabac d’ici.

Un travail manuel qui ne s’achève pas après que les feuilles de tabac furent cueillies: le jour même de leur récolte les feuilles d’une longueur d’à peu près 60 centimètres sont enfilées par leurs côtes et pendues dans les hauteurs de la grange du tabac. Là haut elles passent dans les semaines et mois suivants un processus de séchage bien surveillé, avant d’être envoyées entre automne et printemps de l’an suivant pour la fermentation dans l’usine Fermenta à Payerne.

Monika et Thomas Kappeler cultivent en troisième génération du tabac de la sorte Burley sur leur ferme. En 1972 leur grange de tabac fut édifiée à Attikon au nord du canton de Zurich. Depuis le début des années 90 Thomas mène la ferme. Notamment grâce aux ouvrières-ers ils maîtrisent ainsi saison pour saison la récolte de leur tabac.

This error message is only visible to WordPress admins

Error: No connected account.

Please go to the Instagram Feed settings page to connect an account.

Close Cart